Accueil Société Des moyens en baisse pour l’école

Des moyens en baisse pour l’école

116
0

Les cartes scolaires des départements du Nord et du Pas De Calais sont connues depuis le début du mois. Les fermetures de classes envisagées font réagir professeurs et parents d’élèves.

Des besoins pourtant grandissants

Pendant la crise sanitaire et à sa sortie, les enfants n’ont jamais eu autant besoin des moyens de l’école. Après des cours à distance gérés tant bien que mal par les parents, une remise à niveau est souvent nécessaire même pour ceux qui ont la chance d’avoir des parents capables de l’exercice. Après de grands discours des membres du gouvernement, l’espoir était donné pour une reprise efficace. Mais les annonces, même facultatives, sonnent le glas. Les perspectives ne sont pas bonnes. Les fermetures de classes sont toujours plus nombreuses que les ouvertures même dans des zones définies comme prioritaires. Les secteurs dont plusieurs quartiers sont dits prioritaires par la politique de la ville font partie du lot.

Etat des ouvertures et fermetures de classes dans le primaire

Le syndicat donne des informations arrêtées au 1er février. L’écart entre ouvertures et fermetures est expliqué notamment par une baisse démographique. il y aurait 6 647 élèves en moins en primaire à la rentrée 2022 selon le rectorat.

Les postes récupérés vont notamment permettre de plafonner le nombre d’élèves à 24 par classe hors zones prioritaires.

  • Pas-De-Calais

La situation semble plus tendue. Contrairement au département du Nord, les zones prioritaires sont davantage concernées par les ouvertures de dispositifs. Ailleurs beaucoup de fermetures ou d’essais non concrétisés.

Mouvements de contestation

  • Nord

De Somain en passant par Bruay sur Escaut, Borre ou Flines-Les-Râches, les parents se font entendre. Les conséquences sont parfois graves. Par exemple, ces fermetures vont provoquer l’arrêt de l’accueil des touts petits (moins de 3 ans).

Il n’y a pas que les maternelles et primaires concernées. A Hazebrouck, même son de cloche au lycée de Flandre. Mercredi, les parents étaient très en colère. Le calcul était rapidement fait, avec ces nouvelles fermetures, cela fait l’équivalent de 13 postes qui ont disparu.

  • Pas De Calais

Ca a bougé dimanche à Guarbecque par un mouvement mené par les parents et les élèves.
Le Boulonnais est particulièrement touché. C’est en effet à Boulogne, Isques, Saint-Martin-Boulogne, Wimille et à Outreau que des classes seront fermées à la rentrée.

Tout comme à Hazebrouck, la pilule a dû mal à passer au collège/ lycée Gambetta à Arras. C’est l’équivalent de 7 postes qui est prévu en moins en septembre 2022. Pourtant, 2 élèves se sont données la mort en l’espace d’un mois en décembre et janvier derniers. Pas suffisant pour conserver l’ensemble des postes existants permettant un accompagnement plus efficace des enfants.

Quant aux syndicats, leurs revendications tournent autour de leurs conditions de travail. Tout comme pour les aberrations à destination des enfants depuis des mois, ils ne bougent pas le petit doigt pour les plus jeunes. Mi janvier, ils avaient appelé à manifester faute de protocoles clairs du ministère. Aucun mot pour les enfants devant supporter un masque toute la journée, ne plus faire de sport et ne pas voir le visage de leur maître.

Parents et syndicats vont ils en faire un critère de choix dans le cadre de l’élection présidentielle?

Crédit photo: DR

Le miroir du Nord, 2021. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentStirrup, logement pour migrants contre défiscalisation
Article suivantLe jour où Kraftwerk joua au Palais Rameau

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici