Accueil Politique Crise migratoire: le Royaume Uni finance des caméras de surveillance pour le...

Crise migratoire: le Royaume Uni finance des caméras de surveillance pour le littoral français

216
0

C’est un accord de 2018 qui se met en place. Le traité de Sandhurst signé en janvier 2018 entre la France et le Royaume Uni prévoyait plusieurs mesures de protection de la frontière entre les 2 pays. Nos voisins avaient donc prévu 50 millions d’euros pour assurer la sécurité des bords de mer. Le projet « Terminus » est né.

Une compensation aux accords du Touquet , à l’origine des tensions présentes encore aujourd’hui entre les dirigeants des 2 pays? Cet accord signé en 2003 entre la France et son voisin anglais fixe les conditions de surveillance de la frontière entre les 2 pays suite à la fermeture du centre de rétention de Sangatte en 2002. Plusieurs dispositions sont arrêtées à la suite de l’arrivée nombreuse de migrants dans ces territoires :

  • Des bureaux de contrôle de police sont instaurés aux points d’entrée et de sortie.
  • Le droit de l’État de départ s’applique dans celui d’arrivée dans le traitement des demandes d’asile.
  • L’expulsion sans délai des personnes depuis l’État d’arrivée vers l’État de départ est rendue possible.

La conséquence principale de ces mesures fut le déplacement de la frontière « anglaise » de Douvres vers Calais. Les contrôles s’opèrent donc côté français.

Nicolas Sarkozy lui même regretta ces accords qu’il avait lui même signés. Emmanuel Macron était persuadé que la sortie du Royaume Uni de l’Union Européenne signifiait une prise en charge des migrants par les Anglais. Réelle mauvaise volonté britannique ou mauvaise négociation des politiques français ?

Les anglais favorables aux mesures de sécurité

L’essentiel pour eux est de sécuriser les frontières. Pour cela, ils sont prêts à payer le prix financier fort quitte à aider directement la France. Car l’autre objectif est de ne pas récupérer les migrants chez eux.

La prise en charge des caméras relève de cette compensation. D’ores et déjà, une vingtaine de municipalités a décidé d’adhérer à cette proposition. Les maires ont jusqu’à fin mars pour indiquer leur choix. 14 seront installées à Wissant, 12 à Sangatte, 7 à Ambleteuse, 5 à Audresselles. Les commune du Nord seront également concernées et une présentation du dispositif a déjà été effectuée. ces communes seront remboursées par les autorités britanniques sur présentation des factures correspondantes.

Les caméras seront installées à des points stratégiques et pourront par exemple repérer des numéros de plaques numérologiques. Les autorités anglaises n’auront pas accès aux images.

Les édiles vont ils tous profiter de cette opportunité à moindre coût? La couleur politique de la municipalité influencera peut être leur décision.

Ce dispositif permettra t’il une amélioration de la situation? Alors que l’année 2021 a connu une explosion du nombre de migrants tentant de se rendre en Angleterre allant jusqu’à ce drame de novembre dernier où 27 d’entre eux ont été retrouvés morts. Plus de 50 000 d’entre eux ont tenté une traversée soit un chiffre qui a triplé par rapport à 2020.

Crédit photo: DR

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentParticipez à la sauvegarde des pollinisateurs sauvages
Article suivantRencontre avec l’OJIM: Le Miroir du Nord, un nouveau média pour les Flamands de France

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici