Accueil Minorités régionales U Ribombu: retour sur l’année 2021 du groupe Corsica Libera

U Ribombu: retour sur l’année 2021 du groupe Corsica Libera

173
0

U Ribombu, la revue du groupe politique corse Corsica Libera, fait une revue des actions menées au cours de l’année 2021. Mois le mois, il y est fait un rappel des préoccupations du mouvement mené par Eric Simoni et plus médiatiquement par Jean Guy Talamoni.

Dans un contexte tendu entre les représentants politiques de l’Ile de Beauté et la France, Eric Simoni, dans son éditorial, rappelle le dénigrement vécu par les Corses. Le contexte de l’élection présidentielle ravive la colère des corses vis à vis des promesses non tenues par un gouvernement français qui fait de la crise sanitaire son seul combat.

Le rappel mois par mois effectué dans la revue fait écho à la déception des corses qui attendaient d’Emmanuel Macron une avancée vis à vis des attentes fortes exprimées par tout un peuple.

Ghjennaghju/ janvier: le bras de fer avec l’Etat français était déjà annoncé. L’incohérence du traitement fait par la France à la Corse et l’éloignement des prisonniers étaient mis en avant

Ferraghju/ février: spéculation immobilière et statut de résident. Une occasion de rappeler l’initiative de Corsica libera de défendre le programme « Terra salva » qui fait des Corses les bénéficiaires prioritaires voire uniques des terres corses.

Marzu/ mars: place au développement durable qui doit se couper de toute dépendance étatique française

Aprile/ avril: la crise sanitaire a démontré les limites de la centralisation. Elle est une bonne occasion de rappeler l’indispensable construction d’un CHU et la délégation de la compétence santé aux territoires.

Maghju/mai: et si la crise sanitaire était l’occasion de redéfinir un autre monde? et non seulement de revenir à la normale.

Ghjugnu/juin: les élections à la collectivité de Corse sont en ligne de mire et Corsica libera réitère sa volonté de ne pas trahir ses valeurs et ses idées.

Lugliu-aostu/ juillet-août: retour sur l’issue malheureuse des résultats des élections à la collectivité de Corse. Retour sur la rupture avec Femu a Corsica de Gilles Simeoni, grand gagnant des élections.

Sittempre/ septembre: la rentrée fixe les objectifs prioritaires du mouvement qui inlassablement rappelle pourquoi l’indépendance est la seule solution. Rentrée marquée par un communiqué commun du FLNC du 22 octobre et le FLNC Union des combattants qui ont revendiqué leurs demandes également par vidéo.

Ottobre/ octobre: les Ghjurnate Internazionale di Corti (journées internationales de Corte), du fait de la crise sanitaire, n’ont pu se tenir dans un format classique. Les conférences se sont tenues en visio avec un certain succès. Une occasion de rappeler les liens avec les autres « minorités régionales » et leur ambition de renouer avec les idées de base.

Nuvembre/ novembre: comment lutter contre la répression parisienne? Corsica Libera rappelle qu’aucun essoufflement de son mouvement n’est à venir. Et l’accentuation de plus en plus marquée d’un détachement nécessaire vis à vis de la France « La Corse, en tant que nation actuellement sous férule étrangère, comme cela a souvent été le cas au cours de son Histoire, ne saurait faire défaut à cette sage exhortation »

Dicembre/ décembre: conclusion de cette année noire. L’ espoir possible de relations apaisées avec la France semble de plus en plus illusoire.

Nous reviendrons sur l’actualité du groupe Corsica libera et notamment sur son assemblée générale qui se tiendra le 13 février prochain.

Crédit photo: DR

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentTriste bilan pour la SPA en 2021
Article suivantPass vaccinal: où était le Conseil Constitutionnel?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici