Accueil Société Drames de la crise migratoire: le traitement différencié du procureur de la...

Drames de la crise migratoire: le traitement différencié du procureur de la République

108
0

Il y a 2 semaines, le journal Nord Littoral titrait à juste titre « Crise migratoire à Calais : la mort d’un migrant est tout autant un drame que celle d’un routier… ». Cet article était en fait une tribune pour dénoncer à la fois le comportement des pro et des anti migrants. Elle faisait suite à plusieurs décès en lien avec la crise migratoire. En quelques jours, un migrant tombe d’un camion. Un chauffeur routier sur l’A 16 meurt dans son camion au niveau de l’aire de l’Epître. Des migrants sont retrouvés morts en mer.

En revanche, les explications du procureur de la République, reprises par la presse subventionnée, n’ont pas connues le même traitement selon la personne concernée.

Le 20 décembre, 2 drames se passent à quelques heures d’intervalle et à quelques kilomètres l’un de l’autre. On retrouve même des circonstances identiques.

  • A Marck, un soudanais de 16 ans tente de grimper dans la remorque d’un camion. Selon le procureur de la République de Boulogne Sur Mer, Guirec Le Bras, « Au moment où le chauffeur redémarre, le migrant tombe ». Il est retrouvé blessé mais conscient à l’arrivée des secours. Quelques minutes plus tard, sans explication, il décède au centre hospitalier de Calais. « Il allait à peu près bien au moment où il est monté dans le camion de pompiers. Mais on ne sait pas ce qui s’est passé entre ce moment-là et le décès » indique Nikolaï Posner, coordinateur de la communication Utopia 56. Utopia 56 est une association venant en aide aux migrants.
  • Sur l’aire de l’Epître, le même jour, la nuit, un chauffeur routier portugais alerte les autorités de la présence de migrants à proximité de son camion. Quelques minutes plus tard, il reçoit un projectile dans la tête par un migrant. Il monte dans la cabine de son camion, son collègue est présent à l’intérieur. 5 minutes plus tard, il fait un malaise. Les secours arrivent sur place et tentent de le sauver mais il ne se réveillera jamais.

La presse subventionnée suit la logique du Procureur

Mais concernant le décès de cet homme de 48 ans, le procureur apporte des éléments d’informations qui ont choqué certains lecteurs. Voilà les éléments remontés par le journal Le Figaro: « «il pourrait ne pas y avoir de lien de causalité» entre ce coup et le décès, l’homme, fragilisé par «des antécédents médicaux», étant a priori mort après un arrêt cardiaque, a-t-il précisé »

Et le Figaro de s’interroger même sur les coups portés par 1 migrant« la découverte du corps d’un chauffeur de poids lourd portugais à Beuvrequen (Pas-de-Calais), potentiellement pris à partie par des migrants. »

Et par France info: « Des premiers éléments recueillis, il ressortait que la victime prenait un traitement pour son cœur, était en surpoids et était fumeur »…Sic, on était proche de savoir si cet homme était vacciné ou non.

La Voix du Nord a repris la même logique selon les informations délivrées.

2 jours plus tard, c’est une affirmation. L’intertitre ne fait plus mention des migrants.

D’un côté, des interrogations qui resteront sans réponse. Des propos tenus à l’affirmatif. Le contexte du décès du chauffeur routier portugais n’est pas relaté de la même façon par le Procureur…et repris par certains représentants de la presse subventionnée. Dans les 2 cas, une enquête a été ouverte.

¨ Crédit photo:

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentEn marche se structure dans le Nord Pas De Calais
Article suivantLa faible part des jeunes vivant en milieu rural

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici