Accueil Sports Le LOSC dans la souffrance

Le LOSC dans la souffrance

182
0

Dimanche soir, le LOSC clôturait la 21° journée par un déplacement à haut risque au stade vélodrome face à l’Olympique de Marseille.

Les deux équipes pouvant aligner leur équipe type, on retrouve côté lillois un 4-4-2 avec Grbic dans les buts, la charnière centrale Fonte – Botman, Reinildo et le retour de Celik en latéraux, Bamba et Renato Sanches excentrés, André et Onana plus axiaux derrière le duo Ylmaz David.

Si les marseillais mettent d’emblée beaucoup d’engagement et monopolisent le ballon, Grbic n’a pas tellement à s’employer et c’est au contraire les nordistes qui, au quart d’heure de jeu, héritent de la première occasion notable, une belle frappe légèrement contrée des vingt mètres d’Ylmaz que le gardien phocéen Pau Lopez sort d’une belle claquette. Dans la foulée, Botman, étrangement seul, place une tête victorieuse sur un corner de Sanches. Quelques minutes plus tard, le portier olympien sauve miraculeusement une tête plongeante de Burak Ylmaz qui manque de peu le but break. La première opportunité marseillaise ne survient qu’à la demi-heure de jeu sur un coup-franç de Payet bien repoussé par Grbic puis, sur le corner qui suit, c’est cette fois-ci Guendouzi qui bute sur le gardien croate.

Mais, alors que le LOSC semble maîtriser la rencontre, la physionomie de celle-ci va être chamboulée suite à l’expulsion de Benjamin André coupable d’une protestation à la 31° sanctionnée d’un avertissement puis d’une faute à l’entrée de la surface deux minutes plus tard qui lui vaut son second carton jaune. En infériorité numérique, les lillois ne touchent plus beaucoup le ballon et la pression marseillaise va se faire de plus en plus dangereuse mais c’est pourtant les lillois qui auront la plus grosse action du dernier quart d’heure avant la mi-temps par l’intermédiaire de Bamba qui voit sa frappe arrêtée par Lopez.

Le second acte va voir s’accentuer la pression marseillaise, Payet et Ünder se montrant particulièrement actifs. Si Grbic est dans un bon soir et Botman rayonnant au cœur de la surface, le match ressemble de plus en plus à une attaque défense, les situations dangereuses se succédant pour les méridionaux et il relèverait de l’exploit que le LOSC réussisse à tenir la victoire. Exploit que l’on pense arriver à la 70° lorsque Bamba met le ballon au fond sur une passe d’Ylmaz servi suite à un raide de Sanches, lui aussi très en jambe ; malheureusement le turc est signalé une nouvelle fois hors-jeu.

Cinq minutes plus tard, Payet joue un corner en retrait sur Ünder ; celui-ci étant laissé libre de ses mouvements, il enroule une merveille de frappe dans le petit filet de Grbic impuissant. Une égalisation tout à fait logique au vu de ce qu’il se passe sur le terrain depuis l’expulsion d’André. S’ouvre alors un quart d’heure de souffrance pour les nordistes, une frappe de Gerson frôle le poteau, Grbic a la main ferme sur une nouvelle tentative d’Ünder, un renvoi de Celik rebondit sur Fonte et passe miraculeusement à côté, le gardien lillois détourne une dernière tête de Gerson.

Le LOSC ramène donc le nul du stade vélodrome en laissant une impression bizarre, tranquillement maître de son sujet durant la première demi-heure puis ballottant de toute part après l’expulsion d’André. Au final, les lillois s’en tirent bien, Grbic ayant probablement réalisé sa meilleure prestation de la saison. Botman s’est montré intraitable et Sanches a bonifié les rares ballons qu’il aura pu exploiter. À noter le doigt d’honneur de ce dernier à l’endroit du public marseillais lors de son changement dont il aurait pu se dispenser et qui pourrait ne pas plaire à la commission de discipline…

Les lillois recevront Lorient mercredi soir en match en retard, rencontre qu’il serait de bon ton de remporter pour revenir au contact des places européennes.

Pierre Pillerault

Crédit photo:wikimédia

Le miroir du Nord, 2022. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentLes « amis de Paris Roubaix » en préparation de la grande course
Article suivantFrançois Rollin à l’Académie Alphonse Allais, c’est absurde !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici