Accueil Politique Le Brexit a 1 an

Le Brexit a 1 an

146
0

Le Nord Pas-De-Calais a toujours eu une relation particulière avec les Britanniques qui depuis 1 an ont pris leur indépendance.

Le 1er janvier 2021, le Royaume Uni quittait l’Union Européenne. Avant la réelle sortie de l’UE, ce sont de maintes rebondissements, de négociations avortées, de claquements de porte qui ont eu lieu entre les 2 parties.

Quelques dates clé

Le 24 janvier 2020, un consensus est trouvé. Le président du Conseil Charles Michel, la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen et Boris Johnson signent l’accord de sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne.

Le premier ministre britannique s’était rapidement exprimé sur ses réseaux sociaux.

Le 31 janvier 2020, les britanniques approuvaient l’accord. Une période de transition de 11 mois a alors débuté permettant notamment aux entreprises britanniques de s’organiser pour un nouveau fonctionnement avec leurs partenaires européens et extra-européens.

Depuis, des accords postérieurs additionnels ont été signés pour arrêter les règles de fonctionnement dans certains domaines. Très récemment, le 30 décembre, les relations entre l’UE et le Royaume-Uni en matière d’échange et de protection d’informations classifiées ainsi que sur l’utilisation sûre et pacifique de l’énergie nucléaire ont été fixées par 2 accords.

Quelles conséquences?

Outre des mesures plus restrictives pour passer un long séjour au Royaume Uni pour les étrangers, des conséquences plus ou moins positives pour chacun des ex partenaires se dessinent depuis l’accord signé. La crise sanitaire a certainement brouillé en partie les retombées du brexit.

Généralement, il s’agit de sujets à forte teneur politique sur lesquels nous reviendrons à travers d’articles détaillés:

  • la pêche et les licences accordées aux pêcheurs français en sous- nombre
  • la crise migratoire qui s’est accentué entre Calais et Douvres
  • les salaires britanniques en augmentation
  • un manque de main d’oeuvre côté anglais
  • les relations très tendues avec l’Irlande du Nord
  • une pénurie de matières premières et de pétrole à quelques périodes de l’année
  • la remise en place des duty free

Du bon, du moins bon. Ce n’est pas non plus la catastrophe côté anglais comme annoncé par différents dirigeants européens. De quoi même décevoir Emmanuel Macron qui en février 2020 aurait déclaré « il ne faut pas que le Brexit soit un succès » selon le journal Le Monde.

Article précédentI média – le bilan 2021 de Jean Yves Le Gallou
Article suivantUn bar à bière lillois classé parmi les meilleurs au monde

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici