Accueil Culture Tradition du nouvel an de l’autre côté de la frontière

Tradition du nouvel an de l’autre côté de la frontière

155
0

La Belgique connaît, comme beaucoup d’autres pays européens, des traditions bien à elle pour le nouvel an.

Passage en revue de quelques habitudes existantes de manière plus ou moins ancrées.

Les étrennes

Comme cela se pratique encore mais à échelle moins respectueuse, les étrennes sont distribuées à l’occasion du nouvel an. Il peut s’agir de cadeaux. Mais généralement, c’est de l’argent qui est offert. On passe de maisons en maisons familiales, en commençant souvent par les plus personnes les âgées qui distribuent les présents.

En Wallonie, dans la province de Liège, des tournées de quêtes étaient organisées de porte à porte dans la rue, dans les villages. Dans la région de Spa notamment, la coutume revient. Mieux à Malmedy, entre autres, il y a encore des enfants qui vont visiter les maisons avec un habit de rois mages et une étoile. 

La lettre du nouvel an

Le 1er janvier, les petits enfants Flamands lisent une lettre aux membres de leur famille: parents, grands-parents, parrains et marraines. Ils la confectionnent généralement à l’école.

La choucroute du 1er janvier

Plus énigmatique, à Liège particulièrement, la tradition de la choucroute veut qu’en langeant, on mette une pièce sous l’assiette de choucroute ou dans la main ou au fond de la poche. Chacun espère, par cette tradition venue d’Allemagne, d’avoir de l’argent toute l’année mais aussi le bonheur.

Alors que la choucroute est souvent perçue comme un plat lourd et indigeste, le chou a de réelles vertus. Il permet aussi de gérer une période de fêtes souvent compliquée à gérer pour notre organisme. Rien de tel que le chou pour laver l’estomac et le foie. On reconnaît là la tradition germanique.

Crédit photo: wikipédia

Le miroir du Nord, 2021. Dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentA Calais, on respecte la tradition du bain du nouvel an
Article suivantHauts-de-France, qu’ès aquo ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici