Accueil Vie des médias Le Miroir du Nord. Naissance d’un nouveau média alternatif en Flandres, Artois...

Le Miroir du Nord. Naissance d’un nouveau média alternatif en Flandres, Artois et Hainaut

688
0

Nos confrères du site Breizh info ont consacré un entretien au miroir du Nord et nous les remercions. Vous y trouverez plus d’informations sur la ligne éditoriale et sur les objectifs partagés par toute l’équipe qui s’est lancée dans ce projet fou de l’information alternative.

« Depuis quelques jours, un nouveau confrère est né : Le Miroir du Nord, média alternatif qui traitera principalement (mais pas que) de l’actualité en Flandres, Artois, et Hainaut.

Il rejoint ainsi, dans la galaxie des médias alternatifs régionaux, Breizh-info bien entendu, mais aussi Paris Vox, Info Toulouse, ou encore Lengadoc Info.

Pour découvrir ce nouveau journal en ligne, nous avons interviewé sa fondatrice, Virginie Joly.

Breizh-info.com : Pouvez vous vous présenter à nos lecteurs ? Qu’est-ce qui vous a amené au journalisme ?

Virginie Joly : Nous sommes une petite équipe de contributeurs réguliers et spontanés avec un point commun essentiel : nous avons à cœur de montrer un autre visage de l’information dans le Nord Pas-De Calais

Plusieurs choses ont inspiré la démarche :

  • Un réel goût pour le décorticage de l’actualité couplé à l’écriture
  • Un constat alarmant du fonctionnement de la presse subventionnée qui s’illustre de manière encore plus flagrante en période de campagne électorale. Toute personne qui sort de cette ligne est vue comme un complotiste. 
  • Les initiatives inspirantes de médias alternatifs tel que Breizh info qui contrecarrent cette bien pensance constante 

Breizh-info.com : Votre journal s’appelle le Miroir du Nord. Pouvez vous nous le présenter en quelques lignes ? Quelle en est la ligne éditoriale ?

Virginie Joly : Le nom « le miroir du Nord n’a pas été choisi par hasard. Il fait référence au personnage de Till l’espiègle, personnage de fiction populaire en Allemagne. Till Eulenspiegel en allemand renvoie à 2 objets fétiches du personnage : la chouette et le miroir. En 1867, l’écrivain belge Charles de Coster reprend les aventures de Till l’espiègle avec l’ouvrage «  La Légende et les aventures héroïques, joyeuses et glorieuses d’Ulenspiegel et de Lamme Goedzak au pays des Flandres » où Till devient le symbole flamand de la résistance face aux espagnols. Il devient alors une figure de lutte contre l’oppression pour la défense des libertés.

C’est bien ce qui sera toujours recherché au miroir du Nord : la liberté : de parler de tout sujet, de laisser s’exprimer toute personne. Nous ne voulons nous imposer aucune contrainte dans la manière d’aborder l’actualité.

Notre périmètre se limite à l’actualité dans l’ex région du Nord Pas-de-Calais » ou pour être plus précis historiquement « aux Pays-Bas-Français », soit les 3 territoires qui les composent : la Flandre, l’Artois et le Hainaut. Plusieurs raisons animent ce choix : l’actualité y très riche et ce territoire a ses propres caractéristiques, sa propre histoire qui n’ont pas de rapport avec la Picardie. Outre d’autres considérations notamment d’ordre financier, la fusion des grandes régions a été une erreur majeure vis-à-vis du respect à avoir de ses habitants.   

Breizh-info.com : Quel est le climat médiatique aujourd’hui dans le Nord de la France ? Qui fait « la pluie et le beau temps » ? Pourquoi est-il nécessaire de contrebalancer cela ?

Virginie Joly : Quand on regarde rapidement le rayon d’un marchand de journaux, on peut être agréablement surpris du nombre de titres régionaux. Mais on déchante rapidement en sachant que tous ces titres (une dizaine) appartiennent au groupe belge Rossel- la Voix. Ils s’échangent les articles. 

Du côté de l’audiovisuel, la chaîne locale Weo fait aussi partie de ce groupe. 

BFM Grand Lille et France 3 Nord Pas de Calais complètent ce tableau de médias subventionnés.

2 médias en ligne se distinguent : Médiacités a une antenne à Lille, leurs investigations sont de qualité et éclectiques sur les personnalités publiques concernées. Daily Nord amène aussi un souffle différent et n’hésite à dénoncer certains agissements. 

Peu de gens l’ont en tête, la Voix du Nord fait partie des habitudes quotidiennes de beaucoup d’entre eux. Cela se décline pour d’autres titres de la presse régionale. C’est pourquoi, le miroir du Nord consacrera également une rubrique à la vie et à l’actualité des médias en général : financements, prises de position partiales, lutte contre les fake news. 

Breizh-info.com : Comment expliquez vous ce quasi monopole de la Voix du Nord ? Quelles ont été les conséquences depuis plusieurs décennies ?

Virginie Joly : La politique régionale dominée par des décennies de socialisme a participé à cette concentration de l’information.

La conséquence majeure est une baisse de la qualité de l’information délivrée. Les journalistes de ce groupe, particulièrement ceux dédiés à l’actualité politique, sont devenus des militants. N’oublions pas ces unes lors de la campagne des élections régionales de 2015 où ils avaient osé écrire 6 jours avant le 1er scrutin « « Pourquoi une victoire du FN nous inquiète ». Nord Eclair qui appartient au même groupe titrait « La région a-t-elle vraiment besoin du Front national ? Ils ont exposé leurs arguments qui comme l’a indiqué Marine Le Pen ressemblait davantage à un tract socialiste « « Parce que nous ne portons pas les mêmes valeurs » que le FN, « parce qu’il n’a pas l’expérience », « parce que la région est naturellement ouverte » et pas repliée sur elle-même, et « parce qu’il menace la solidarité nordiste ». Ils réitéraient cela 1 semaine plus tard avec « « Marine Le Pen et le FN ne sont pas ce qu’ils disent. »

Ma réflexion ne se fait pas vis-à-vis du Front national attaqué, cela aurait pu être un autre mouvement politique, l’initiative n’était pas acceptable. 

Cela n’a pas eu le succès escompté, certes Le front national n’a pas été élu mais les lecteurs, eux, se souviennent de ces frasques de la Voix. Les ventes ont lourdement chuté, le groupe connaît des difficultés financières depuis de nombreuses années. En 2017, un plan social a abouti au départ de plus de 130 salariés et un nouveau plan, débuté en septembre dernier, va connaître la même issue. 

Breizh-info.com : Vous serez également axé sur la Flandre. En quoi est-ce important d’évoquer cette région, souvent méconnue des Français (ou assimilée de façon assez stupide au « Nord » ) ?

Virginie Joly : Comme dit plus haut, le terme de « Pays-Bas-Français » sera régulièrement illustré, les racines flamandes également. Il est important de bien nommer les choses. Depuis des années, le Nord Pas-de-Calais est une région réduite à un point cardinal et à un bras de mer. Or, c’est une région riche d’un illustre passé dans ses composantes flamande, artésienne et hennuyère. Les appellations d’origine sont totalement boudées par les diverses classes politique et médiatique. Ses richesses patrimoniales reléguées au rang de simples manifestations folkloriques. Notre souhait est de faire découvrir ou redécouvrir l’histoire d’une région française depuis moins de 4 siècles. Il est aberrant que sa langue est aujourd’hui quasiment éteinte alors que néerlandais est la langue d’un espace économique ultra dynamique. Son apprentissage généralisé constituerait un atout majeur pour sortir la région de la crise issue de la desindustrialisation face à laquelle elle ne s’est jamais réellement rétablie. Les élites régionales n’ont jamais voulu entreprendre ce chemin par idéologisme jacobin ou incurie.

Breizh-info.com : Vous évoquez également la mise en avant des patries charnelles. Pour quelles raisons et sous quelles formes ?

Virginie Joly : Effectivement, une rubrique est consacrée aux minorités régionales. Il nous semblait essentiel de participer à la connaissance et à l’information de ces peuples. Dans le contexte actuel, l’objectif est aussi de faire face à cette bien pensance qui nous oblige à devenir « citoyen du monde ». Cette expression est assurément une insulte faîte à chacun. Chaque personne a une culture propre, lui effacer revient en partie à la nier. Chacun doit être fier de ses racines 

De même manière, assurer la promotion des lectures de la région des Pays-Bas-Français, des initiatives prises dans les autres minorités linguistiques en France et en Europe et partout ailleurs du reste. Que les habitants de la région renouent avec esprit de Till et ne se résignent pas à voir leur histoire, traditions et langues définitivement portées sous terre par jacobinisme et modernité. 

Breizh-info.com : Le mot de la fin pour les lecteurs ?

Virginie Joly : Aux lecteurs de Breizh Info, soyez assurés que nous participerons à la diffusion de la culture bretonne. Vous pourrez retrouver sur facebook dès le mois de janvier 2022, une rubrique hebdomadaire dans laquelle nous partagerons des chants issus des minorités régionales . Nous reprendrons également des reportages. Mais venez aussi découvrir notre belle région qui regorge de beautés et de curiosités.

A vous tous, participez à cette nouvelle aventure journalistique, lisez, aimez, partagez nos articles. 

Rendez vous vite sur https://lemiroirdunord.fr/« 

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Article précédentMiroir d’antan – Jean-Noël Vandaele, de Ghyvelde au Maryland
Article suivantLes chiffres de la mortalité de l’INSEE: la région suit les tendances

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici